santé masculine

Troubles de l’érection

La sexualité d’un homme peut être affectée par un certain nombre de troubles. L’une des plus connues est la dysfonction érectile, familièrement appelée  » trouble de l’érection « . Il s’agit de l’incapacité à obtenir une dureté (érection) suffisante du membre masculin (pénis) pour des rapports sexuels satisfaisants. Cela inclut le fait de ne pas pouvoir atteindre l’érection requise ou de ne pas pouvoir la maintenir suffisamment longtemps. Le désir sexuel (libido) est souvent encore présent. Avec le temps, cependant, la libido peut également disparaître, les personnes concernées n’ayant pas à affronter leur « échec » supposé.

Qu’est-ce que la trouble de l’érection ?

La dysfonction érectile se distingue de 2 termes qui sont parfois utilisés comme synonymes : Impuissance et stérilité, L’impuissance est un terme très général et dont la définition est floue, car on faisait autrefois la distinction entre l’incapacité de pratiquer le coït et l’incapacité de se reproduire. La stérilité désigne l’incapacité d’un homme à se reproduire, familièrement appelée aussi incapacité à procréer, bien que la fonction érectile ne soit généralement pas altérée.

Les troubles de l’érection peuvent survenir occasionnellement ou pendant une période limitée, jusqu’à la perte permanente de la fonction érectile. On parle de dysfonctionnement érectile au sens médical du terme lorsque la personne concernée est incapable d’obtenir une érection suffisante dans un délai de 6 mois après environ 70% des tentatives.

Alors il peut s’agir d’un dysfonctionnement érectile. Dans ce cas, le pénis n’est pas assez rigide pour permettre des rapports sexuels. Parfois, cette impuissance érectile s’accompagne d’autres dysfonctionnements sexuels. Il s’agit de l’éjaculation précoce et de l’éjaculation retardée.

Les problèmes d’érection affectent rapidement l’estime de soi d’un homme. Si cela ne fonctionne pas au lit, la pression augmente énormément pour que cela fonctionne la fois suivante. Cela affecte la qualité de vie des personnes concernées. La relation des hommes souffre souvent de dysfonctionnement érectile.

Symptômes

Les troubles de l’érection peuvent se manifester comme suit :

  • Difficultés à avoir une érection
  • Difficultés à maintenir une érection suffisamment longue
  • Diminution de la libido

Parcours, complications, particularités

Les troubles de l’érection d’origine physique se développent généralement de manière progressive. Les personnes touchées ont des problèmes d’érection à la fois pendant les rapports sexuels et pendant la masturbation. Les hommes en bonne santé ont des érections spontanées la nuit pendant certaines phases du sommeil et parfois aussi le matin. Si elles sont absentes, cela indique une cause physique.

Les troubles de l’érection causés par le stress psychologique, en revanche, apparaissent souvent de manière soudaine et uniquement dans certaines situations. Par exemple, ces hommes n’ont aucun problème avec la masturbation, mais ils n’ont pas d’érection pendant les rapports sexuels avec leur partenaire.

L’évolution de la dysfonction érectile dépend essentiellement de la manière dont elle est traitée. La règle suivante s’applique : plus la thérapie commence tôt, plus elle est prometteuse. Si le trouble est associé à une autre maladie, le traitement de cette maladie peut à son tour avoir un effet positif sur la puissance. Les troubles de l’érection qui ont une cause psychologique ne sont généralement que temporaires.

Causes, facteurs de risque et fréquence

Personne ne sait exactement combien d’hommes sont touchés par les troubles de l’érection. Comme les troubles de l’érection sont un sujet tabou et que de nombreux hommes ne vont pas chez le médecin par honte, le nombre de cas non signalés est probablement très élevé. Les experts estiment donc avec prudence qu’environ 5 % des hommes sont concernés. Le risque de dysfonctionnement érectile augmente avec l’âge. Ainsi, environ un homme sur dix âgé de 40 à 49 ans est touché, et un homme sur trois âgé de 60 à 69 ans.

Les déclencheurs physiques

Les troubles de l’érection peuvent avoir de nombreuses causes. Les déclencheurs physiques possibles sont les maladies vasculaires, les troubles hormonaux, les troubles nerveux, les maladies graves ou les effets secondaires des médicaments.

Avoir une mauvaise hygiène de vie 

L’obésité, le tabagisme, le manque d’exercice et une alimentation déséquilibrée endommagent les vaisseaux sanguins et peuvent donc avoir un effet négatif sur la fonction érectile. À l’inverse, des études montrent que l’exercice régulier et un mode de vie sain ont un effet positif sur la puissance. Les maladies peuvent également provoquer des problèmes circulatoires. Il s’agit notamment du diabète, de l’hypertension artérielle et des troubles du métabolisme des graisses.

Troubles hormonaux

Un déficit en testostérone (hypogonadisme) peut également affecter la puissance. Selon des études récentes, un taux d’hormones suffisamment élevé contribue à une érection satisfaisante. Avec l’âge, le taux de testostérone diminue. Le médecin doit donc considérer une carence correspondante comme une cause de dysfonctionnement érectile.

Les effets secondaires des médicaments

Il existe de nombreux médicaments qui peuvent provoquer des troubles de la puissance. De tels effets secondaires sont énumérés, par exemple, sur la notice des hypolipidémiants, des bêtabloquants, des déshydratants, des anti-inflammatoires et des médicaments contre la dépression. Si vous prenez un tel médicament et que vous soupçonnez que votre dysfonctionnement érectile y est lié, vous ne devez pas arrêter ou changer de médicament de votre propre chef. Le médecin peut souvent prescrire un autre médicament après consultation.

Liste de médicaments qui peuvent causer une dysfonction érectile (DE)

Antidépresseurs et autres médicaments psychiatriques

  • Amitriptyline (Elavil)
  • Amoxapine (Asendin)
  • Buspirone (Buspar)
  • Chlordiazépoxide (Librium)
  • Chlorpromazine (Thorazine)
  • Clomipramine (Anafranil)
  • Clorazépate (Tranxène)
  • Désipramine (Norpramin)
  • Diazépam (Valium)
  • Doxépine (Sinequan)
  • Fluoxétine (Prozac)
  • Fluphénazine (Prolixin)
  • Imipramine (Tofranil)
  • Isocarboxazid (Marplan)
  • Lorazépam (Ativan)
  • Méprobamate (Equanil)
  • Mésoridazine (Serentil)
  • Nortriptyline (Pamelor)
  • Oxazépam (Serax)
  • Phénelzine (Nardil)
  • Phénytoïne (Dilantin)
  • Sertraline (Zoloft)
  • Thioridazine (Mellaril)
  • Thiothixène (Navane)
  • Tranylcypromine (Parnate)
  • Trifluopérazine (Stelazine)

Médicaments antihistaminiques

  • Cimétidine (Tagamet)
  • Dimenhydrinate (Dramamine)
  • Diphénhydramine (Benadryl)
  • Hydroxyzine (Vistaril)
  • Méclizine (Antivert)
  • Nizatidine (Axid)
  • Prométhazine (Phénergan)
  • Ranitidine (Zantac)

Médicaments contre l’hypertension artérielle et diurétiques

  • Aténolol (Tenormin)
  • Béthanidine
  • Bumétanide (Bumex)
  • Captopril (Capoten)
  • Chlorothiazide (Diuril)
  • Chlorthalidone (Hygroton)
  • Clonidine (Catapres)
  • Enalapril (Vasotec)
  • Furosémide (Lasix)
  • Guanabenz (Wytensin)
  • Guanéthidine (Ismelin)
  • Guanfacine (Tenex)
  • Halopéridol (Haldol)
  • Hydralazine (Apresoline)
  • Hydrochlorothiazide (Esidrix)
  • Labétalol (Normodyne)
  • Méthyldopa (Aldomet)
  • Métoprolol (Lopressor)
  • Nifedipine (Adalat, Procardia)
  • Phénoxybenzamine (Dibenzyline)
  • Phentolamine (Regitine)
  • Prazosine (Minipress)
  • Propranolol (Inderal)
  • Réserpine (Serpasil)
  • Spironolactone (Aldactone)
  • Triamtérène (Maxzide)
  • Vérapamil (Calan)

Médicaments contre la maladie de Parkinson

  • Benztropine (Cogentin)
  • Biperiden (Akineton)
  • Bromocriptine (Parlodel)
  • Lévodopa (Sinemet)
  • Procyclidine (Kemadrin)
  • Trihexyphénidyl (Artane)

Chimiothérapie et médicaments hormonaux

  • Antiandrogènes (Casodex, Flutamide, Nilutamide)
  • Busulfan (Myleran)
  • Cyclophosphamide (Cytoxan)
  • Kétoconazole
  • Agonistes de la LHRH (Lupron, Zoladex)
  • Agonistes de la LH-RH (Firmagon)

Analgésiques opiacés

  • Codéine
  • Fentanyl (Innovar)
  • Hydromorphone (Dilaudid)
  • Mépéridine (Demerol)
  • Méthadone
  • Morphine
  • Oxycodone (Oxycontin, Percodan)

Drogues récréatives

  • Alcool
  • Amphétamines
  • Barbituriques
  • Cocaïne
  • Marijuana
  • Héroïne
  • Nicotine

Autres médicaments

  • Acide aminocaproïque (Amicar)
  • Atropine
  • Clofibrate (Atromid-S)
  • Cyclobenzaprine (Flexeril)
  • Cyprotérone
  • Digoxine (Lanoxin)
  • Disopyramide (Norpace)
  • Dutastéride (Avodart)
  • Œstrogène
  • Finastéride (Propecia, Proscar)
  • Furazolidone (Furoxone)
  • Bloqueurs H2 (Tagamet, Zantac, Pepcid)
  • Indométhacine (Indocin)
  • Agents hypolipidémiants
  • Réglisse
  • Métoclopramide (Reglan)
  • AINS (ibuprofène, etc.)
  • Orphénadrine (Norflex)
  • Prochlorperazine (Compazine)
  • Pseudoéphédrine (Sudafed)
  • Sumatriptan (Imitrex)

Les déclencheurs psychologiques 

Les déclencheurs psychologiques peuvent être le stress, la dépression ou la peur de l’échec. Dans environ 70 % des cas, la dysfonction érectile est due à des causes physiques, souvent une combinaison de causes physiques et psychologiques.

Chez les hommes plus jeunes, il arrive souvent que le déclenchement des troubles de l’érection soit purement psychologique.

La perturbation de la circulation sanguine 

La cause la plus courante est une perturbation de la circulation sanguine dans le pénis. Si les artères responsables de l’apport de sang au pénis sont calcifiées par des dépôts, une quantité insuffisante de sang atteint le pénis. Le tissu érectile est insuffisamment rempli, l’érection n’est pas assez dure ou redevient rapidement flasque.

Durcissement des vaisseaux sanguins 

Parfois, les muscles du pénis sont également touchés. Les personnes concernées doivent absolument vérifier si l’artériosclérose (durcissement des vaisseaux sanguins) est la cause de leurs problèmes d’érection. Cela pourrait être une indication de la poursuite de la calcification vasculaire, qui, dans le pire des cas, pourrait déclencher une crise cardiaque ou cérébrale. La calcification vasculaire est favorisée par un mode de vie malsain.

Les voies nerveuses endommagées 

Les vaisseaux sanguins, les muscles et les hormones ne sont pas les seuls à intervenir dans le développement d’une érection : Les nerfs jouent également un rôle. Si les nerfs sont endommagés sur le trajet entre le pénis et le cerveau, cela peut entraîner des troubles de l’érection. Ces voies nerveuses peuvent être endommagées, par exemple, lors d’une opération ou d’une irradiation dans la région pelvienne ou par une hernie discale. L’abus chronique d’alcool et le diabète peuvent également avoir un effet négatif sur les nerfs. Il en va de même pour les maladies qui affectent le système nerveux central, comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer ou la sclérose en plaques.

Prévention

Les facteurs de risque de dysfonctionnement érectile comprennent un mode de vie malsain. Il s’agit notamment du tabagisme, de l’obésité, de la toxicomanie et de l’alcoolisme, ainsi que d’une alimentation déséquilibrée et malsaine. Un exercice physique suffisant et une alimentation équilibrée permettent de maintenir les vaisseaux sanguins en bonne santé et de minimiser le risque de développer des troubles de l’érection. En outre, il convient d’éviter le stress et la pression sexuelle pour obtenir des résultats dans le partenariat.

Diagnostic

Nous vous offrons tout le spectre de la clarification de la dysfonction érectile. La base de toute thérapie est une discussion détaillée avec le médecin du patient, au cours de laquelle vous devez expliquer votre problème en détail. À l’aide de tests de laboratoire modernes et d’examens par ultrasons, nous pouvons vous aider dans la thérapie de votre problème.

Traitement

Les troubles de l’érection qui ont des causes physiques sont traités par des médicaments ou des aides diverses. Si le déclencheur du dysfonctionnement érectile est une autre maladie, celle-ci doit être traitée. Dans de rares cas, l’impuissance est corrigée par la chirurgie. Si les troubles de l’érection sont dus à des causes psychologiques, une thérapie sexuelle psychologique est recommandée, éventuellement avec le partenaire.

Traitement médicamenteux 

Pour améliorer le flux sanguin vers le pénis, le médecin prescrit souvent un inhibiteur de la phosphodiestérase-5. Il s’agit notamment des principes actifs avanafil, sildénafil, tadalafil et vardénafil. Tous les médicaments contenant ces principes actifs inhibent l’enzyme phosphodiestérase-5 dans son travail.

Il décompose une substance messagère qui augmente le flux sanguin dans le pénis pendant l’excitation sexuelle. Si elle est perturbée dans ce processus par le médicament, une plus grande partie de la substance messagère et donc l’érection demeurent.

Avec le tadalafil, l’effet se manifeste après une bonne demi-heure et dure de 24 à 36 heures. Le médecin peut également prescrire un médicament avec ce principe actif à prendre régulièrement, dans le cadre d’un comprimé par jour. Avec l’avanafil, le sildénafil et le vardénafil, l’effet érectile dure de 4 à 12 heures.

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 ne sont pas des médicaments qui induisent le plaisir ; ils ne contribuent à l’érection que lorsque l’homme est sexuellement excité. Les effets secondaires comprennent des maux de tête, des vertiges, des brûlures d’estomac, une congestion nasale, des bouffées de chaleur sur le visage, des douleurs dorsales et musculaires et des troubles de la vue.

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 peuvent abaisser la tension artérielle. Pour cette raison, ils ne doivent jamais être pris en même temps que des nitrates, tels que ceux prescrits aux patients cardiaques, car cela peut provoquer une chute de la pression artérielle mettant en danger la vie du patient. Des maladies telles qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) survenu, une maladie du foie ou du cœur peuvent également s’opposer à l’administration d’un inhibiteur de la phosphodiestérase-5.

Les médecins déconseillent fortement de commander sur Internet des médicaments censés améliorer l’efficacité. Des études ont montré qu’ils contiennent souvent d’autres ingrédients que ceux indiqués ou que les instructions de dosage sont incorrectes.

Thérapie hormonale

Le fait que le taux de testostérone chez l’homme diminue avec l’âge est tout à fait normal et ne doit pas être traité. Toutefois, si un homme souffre de dysfonctionnement érectile, il peut être utile de corriger la carence en testostérone (hypogonadisme). Cela a parfois un effet positif sur la puissance. En outre, les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 sont souvent plus efficaces lorsqu’ils sont pris en même temps que l’hormonothérapie. La testostérone peut être injectée à intervalles plus longs ou appliquée sur la peau sous forme de gel. Cette forme de thérapie a été controversée pendant un certain temps car elle semblait augmenter le risque de crise cardiaque ou de cancer de la prostate. Or, selon des études récentes, ce n’est pas le cas.

SKAT – thérapie d’auto-injection du tissu érectile

Si les comprimés prescrits n’ont pas un effet suffisant ou si les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5 ne peuvent pas être pris, le médecin peut injecter un vasodilatateur (alprostadil) directement dans l’un des deux tissus érectiles du pénis. Cette thérapie d’auto-injection de tissu érectile, ou SKAT, peut être réalisée par l’homme lui-même avec un peu de pratique. Elle n’est généralement pas douloureuse. L’ingrédient actif permet au sang de pénétrer davantage dans le pénis. Environ 15 minutes après l’injection, une érection se produit qui dure une bonne heure. Les effets secondaires peuvent inclure des ecchymoses, des douleurs péniennes et une infection du tissu érectile. SKAT n’est pas approprié si le patient souffre de certaines maladies telles que la leucémie, la drépanocytose ou un dysfonctionnement du foie ou des reins, ou s’il a eu une crise cardiaque au cours de l’année écoulée. Il est important que l’homme suive exactement le dosage prescrit. Les surdoses peuvent entraîner une érection permanente (priapisme) durant des heures, qui doit être traitée par un médecin, sous peine d’endommager définitivement le pénis.

MUSE – système urétral médicinal pour l’érection

Si la prise de comprimés n’apporte pas le succès escompté, le système urétral médicinal pour l’érection (MUSE), également connu sous le nom de thérapie transurétrale, constitue une autre option de traitement. Dans cette procédure, l’homme insère la substance active, l’alprostadil, sous la forme d’un mini-suppositoire, dans son urètre. Une petite tige, l’applicateur, l’aide à le faire. La substance active atteint le tissu érectile à travers la paroi de l’urètre. Après environ 15 minutes, l’augmentation du flux sanguin produit une érection qui dure une bonne heure. Les effets secondaires peuvent inclure des douleurs au niveau du pénis ou de l’urètre, des brûlures pendant la miction, des vertiges, une baisse de la tension artérielle et des maux de tête. Si la partenaire est enceinte, le traitement transurétral doit être évité car l’alprostadil peut mettre en danger le bébé à naître. Des maladies telles que la leucémie, la drépanocytose, les troubles de la coagulation sanguine ou une inflammation de l’urètre plaident également contre son utilisation.

Pompe à vide

La thérapie par le vide est une aide purement mécanique pour les dysfonctionnements érectiles. Peu avant le rapport sexuel, l’homme place un cylindre en plastique transparent sur le pénis, qui est relié à une pompe par un tube. Cela crée un vide, le tissu érectile se remplit de sang et une érection se produit. Un anneau en caoutchouc est fixé à la base du pénis pour empêcher le sang de s’écouler à nouveau. Cet anneau doit être retiré au plus tard après 30 minutes, sinon des problèmes de circulation peuvent survenir et le pénis peut être endommagé. Les hommes souffrant de maladies cardiovasculaires ne doivent utiliser cette méthode qu’après avoir consulté leur médecin.

Implants péniens

Si les tentatives de traitement médicamenteux et mécanique restent infructueuses, dans les cas particulièrement graves de dysfonctionnement érectile, il est possible d’insérer des implants de tissu érectile dans le pénis. Le tissu érectile étant partiellement retiré au cours de cette intervention, l’opération ne peut être annulée et doit être mûrement réfléchie. Il existe actuellement deux variétés de tissus érectiles artificiels :

Prothèse pénienne hydraulique

Dans la prothèse pénienne hydraulique, en plus de l’implant dans le pénis, l’homme a une petite pompe implantée dans le scrotum et un réservoir de solution saline dans le bas-ventre. Si nécessaire, il peut actionner la pompe afin que l’eau pénètre dans la prothèse de tissu érectile et qu’une érection soit produite. Après un rapport sexuel, l’eau retourne dans le réservoir en appuyant sur un bouton, et le pénis devient flasque. Parfois, des infections ou des défauts techniques peuvent survenir.

Prothèse pénienne flexible 

La deuxième variante est la prothèse pénienne dite flexible. Le tissu érectile est remplacé par des implants en silicone. Le pénis est courbé vers le bas dans la vie quotidienne et dans la position souhaitée avant les rapports sexuels. Cependant, les implants en silicone font en sorte que l’impression optique d’une érection soit créée même lorsque le pénis n’est « pas en érection » – ce qui peut provoquer des irritations dans certaines situations, comme à la piscine ou au sauna. Les effets secondaires possibles de la prothèse pénienne flexible sont les infections, les gonflements et, après une longue période de port des implants, la calcification artérielle ou la mort du tissu pénien.

Psychothérapie

Si les troubles de l’érection ont des causes psychologiques, la personne concernée doit demander conseil à un sexologue. Étant donné que les troubles de l’érection d’origine physique peuvent aussi devenir un fardeau psychologique pour l’homme, une aide psychologique ou une psychothérapie est également recommandée comme mesure d’accompagnement.

Les spécialités accessibles en téléconsultation

Santé masculine

Santé générale

Peau et cheveux

  • Acné
  • Herpès labial (bouton de fièvre)
  • Hirsutisme
  • Perte de cheveux
  • Psoriasis
  • Rosacée

articles les plus récents

Sorry, no posts were found.